Les véhicules utilitaires de 15 à 20 m3 en leasing LOA ou LLD

S’équiper d’une flotte de véhicules utilitaires 15/20 m3 relève d’un véritable défi financier pour les entreprises. Si elles ont besoin de disposer de trois fourgons d’une valeur respective de 30 000 euros, l’investissement revient à 90 000 euros, soit un montant conséquent. Chez les petits artisans, la problématique est identique surtout en début d’activité où il n’est pas toujours possible d’affecter une telle somme pour un actif. En alternative, souscrire à une LOA ou une LLD s’avère très intéressant. Ces solutions permettent de financer différents modèles d’utilitaires 15/20 m3 sans augmenter le niveau d’endettement ni impacter la trésorerie.

La LOA et la LLD de véhicules utilitaires 15/20 m3

Inversement au crédit-auto impliquant d’acheter le véhicule et en devenir propriétaire en échange d’un endettement, le leasing utilitaire n’accorde pas la propriété aux souscripteurs. Il repose sur un système de location établie sur une échéance plus ou moins longue et permet de disposer d’un bien d’équipement de grande valeur en contrepartie du versement de loyers mensuels. Le leasing se décline en deux formules à savoir la Location avec Option d’Achat (LOA) et la Location Longue Durée (LLD).

La LOA est inspirée du crédit-bail qui a été institué pour la première fois en France par l’entreprise Locafrance en 1962. Elle s’est rapidement démocratisée auprès des professionnels qui s’accordent sur les vertus de cette offre locative qui leur fournit des biens d’équipements contre des redevances mensuelles au montant limité. Au regard de la loi, la LOA est régie par le Code de la consommation et le crédit-bail pour sa part est encadré par le Code monétaire. Trois options de sortie sont proposées en fin de bail : le renouvellement du contrat, une restitution du bien loué ou un rachat de celui-ci. Grâce à elle, les souscripteurs gardent l’opportunité de devenir propriétaires de leurs véhicules utilitaires.

A contrario, la LLD ne propose pas une telle opportunité. Dès la fin du contrat, le véhicule est retourné auprès du leaseur afin d’être revendu sur le marché de l’occasion. L’absence d’option d’achat renforce l’attractivité pour la LLD dont les loyers mensuels sont plus faibles que pour une LOA. Cette formule permet aussi aux professionnels de ne pas se soucier de la revente et des pertes financières découlant de la dépréciation qui s’avère plus importante sur les véhicules utilitaires à cause de leur usage intensif qui accentue leur dégradation. D’un point de vue règlementaire, la LLD répond aux règles de la location mobilière et n’est pas considérée comme un crédit à l’inverse de la LOA et du crédit-bail.

Quel intérêt de financer un véhicule utilitaire 15/20 m3 en leasing ?

L’achat d’un véhicule utilitaire de 15 à 20 m3 exige une enveloppe budgétaire généreuse. Un Nissan NV400 par exemple est tarifé à 41 982 €. En s’orientant vers le leasing, l’entreprise n’est pas amenée à puiser dans sa trésorerie pour régler cet achat au comptant. La LOA ou la LLD est assortie de loyers dont le montant dépend du prix du véhicule, du forfait kilométrique ou encore de la durée de location. Il est possible de bénéficier de tarif bas en évitant les équipements et options superflus du VU ou en réduisant le plafond kilométrique.

L’apport personnel demandé au départ de la souscription n’est pas obligatoire. Les locataires échappent au paiement du premier loyer majoré équivalent à 10 à 30% du prix total du véhicule à condition qu’ils disposent d’une capacité de remboursement élevée. L’absence d’apport entraîne effectivement une légère hausse des mensualités.

Un autre avantage du leasing repose sur la possibilité de changer de véhicules régulièrement. L’entreprise révèle une image moderne auprès du public et améliore l’efficacité de ses équipes en leur offrant des véhicules toujours en bon état et munis des technologies les plus récentes.

Il semble aussi difficile d’évoquer le leasing sans parler de multiples services supplémentaires associés à l’offre. Le souscripteur peut confier la gestion de sa flotte à son loueur qui se chargera de l’entretien, du dépannage/assistance et des assurances. Il peut également mettre à disposition les véhicules relais et s’occuper du remplacement des pneumatiques. Les frais découlant des prestations sont inclus dans les loyers mensuels pour aider l’entreprise à améliorer la gestion de son budget.

L’offre de Volkswagen : un Crafter qui ne craint pas les terrains difficiles

Plusieurs modèles de VUL offrant un volume de chargement de 15 à 20 m3 sont accessibles sur le marché en LOA ou LLD. Parmi eux figure le Volkswagen Crafter qui déploie un volume utile qui va de 16,4 m3 à 18,4 m3 dans sa version L5 avec un espace de chargement d’une longueur de 4 855/4 606 mm et une largeur de 1 832 mm. Basé sur une plateforme développée en collaboration avec MAN, le Crafter se distingue de ses concurrents par son design cubique améliorant son coefficient de pénétration dans l’air. Il joue désormais dans la cour des grands grâce à un meilleur PTAC oscillant entre 3 et 5 tonnes. Un autre de ses atouts repose sur l’introduction de la transmission intégrale 4MOTION garant d’une meilleure tenue de route et d’une motricité maximale.

L’offre d’Iveco : un Daily mis à jour

Se déclinant en un nouveau millésime en 2019, l’Iveco Daily s’offre un certain nombre de nouveautés telles que la maintenance proactive avec la mise à jour à distance ainsi que l’assistant vocal Alexa. L’innovation concerne également sur l’introduction de nouvelles suspensions Air-Pro à vocation de proposer une tenue de route optimale grâce à la réduction de l’angle de roulis et d’abaisser les vibrations pour plus de confort au cours de l’utilisation. Les suspensions déploient un réglage dynamique en roulant pour que l’amortissement soit continuellement adapté. De nouvelles motorisations sont également au rendez-vous et garantissent jusqu’à 15% d’augmentation de couple et 6% d’économie de carburant avec une baisse significative des émissions de Nox. Le Daily va surtout s’illustrer pour sa haute polyvalence en offrant un PTAC de 3,5 à 7 tonnes ainsi qu’un volume de chargement variable de 7,3 à 19,6 m3.

L’offre Renault : un Master qui domine le marché

Affichant un volume utile de 8 à 17 m3 modulable en fonction de la longueur, de la hauteur et de l’empattement choisi, le Renault Master est le leader sur son segment et d’ailleurs, en 2021, il s’inscrit comme le véhicule utilitaire le plus vendu en France selon le CCFA avec 25 732 unités écoulées. En dépit d’un gabarit impressionnant pouvant aller jusqu’à 2,7 m de haut, 2,4 m de large et plus de 6 m de long, le fourgon garde une excellente prise en main. Sur la route, les conducteurs pourront compter sur les nombreuses aides électroniques comme les assistants à la manœuvre ou les aides à la motricité qui sont pratiques dans le quotidien des professionnels. Le rétroviseur central a été substitué par un binôme écran/caméra. Ses moteurs Twin Turbo dCi de 135, 150 et 1802 ch assurent une puissance élevée et un couple à bas régime pour un meilleur plaisir de conduite.