Véhicule utilitaire pour vente ambulante ou marché en leasing (LLD – LOA)

L’acquisition d’un camion-magasin représente un budget conséquent pour un commerçant. Afin d’alléger l’investissement, il a comme alternative d’opter pour un mode de financement alternatif tel que la Location avec Option d’achat (LOA) ou la Location Longue Durée (LLD). Ces locations financières sont intéressantes dans la mesure où elles s’accompagnent de loyers mensuels moins onéreux qu’un crédit auto et qu’elles procurent davantage de flexibilité aux souscripteurs.

La vente ambulante : état des lieux

Pendant de nombreuses années, le commerce ambulant a souffert d’une diminution de la fréquentation des marchés. Cette situation a été provoquée par le développement fulgurant de l’e-commerce ainsi que de la grande distribution, la stagnation des dépenses en alimentation ainsi que les habitudes alimentaires ayant tendance à privilégier les produits finis.

Néanmoins, en dépit d’une concurrence rude, les commerçants ambulants restent très appréciés des consommateurs qui leur font confiance notamment dans le secteur de l’alimentation. Les produits proposés bénéficient d’une meilleure traçabilité sans compter l’esprit convivial émanant de ces camions ambulants.

En parallèle, les marchés sont aussi des symboles incontournables d’un cadre de vie de qualité. Dans ce contexte, les mairies cherchent à les développer, car ils sont en même temps considérés comme des pôles attractifs pour le tourisme.

Dans le domaine des produits alimentaires, le commerce ambulant représente ¼ des entreprises du secteur et ¾ du chiffre d’affaires. 1/3 des ventes est accaparé par la viande et les fruits et légumes tandis que 15% proviennent des poissons et crustacés. La vente de produits non alimentaires pour sa part équivaut à 25% du chiffre d’affaires du secteur. Au total, il existe plus de 30 000 entreprises qui opèrent dans le domaine du commerce ambulant. Le marché enregistre près de 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Quels sont les différents types de camions magasins pour la vente ambulante ?

L’ouverture d’un camion magasin implique de respecter une règlementation très stricte. L’utilitaire choisi devra absolument disposer de la mention VASP sur la carte grise. Il est impératif d’utiliser un matériel professionnel surtout pour la vente de viandes, de pizzas ou autres types d’aliments. Des normes d’hygiène HACCP sont également à prendre en considération lors de la réalisation des aménagements intérieurs. Des certifications sont aussi indispensables pour les installations de gaz et d’électricité.

Il est assez aisé de trouver des camions-magasins sur le marché du neuf ou de l’occasion. Toutefois, ces véhicules sont rares à répondre à tous ces critères. C’est pourquoi il est vivement recommandé de faire appel à un fabricant spécialisé pour disposer d’un modèle sur mesure totalement conforme avec les normes en vigueur.

En fonction des métiers et des secteurs d’activités, il est possible de choisir entre différents utilitaires dédiés à la vente ambulante. Les Food-truck sont les plus connus et servent à la préparation et la vente d’aliments. Il existe aussi les camions pour les crèmeries, les boucheries ou les poissonneries devant obligatoirement être équipés de systèmes de réfrigération hautement performants.

Quelle base de fourgon choisir ? Quel prix ?

Beaucoup de commerçants ambulants préfèrent choisir directement des utilitaires grand volume comme base pour leur camion-magasin afin de bénéficier d’un maximum d’espace. Sur le marché, il existe de nombreux modèles de grande renommée parmi lesquels figure le Peugeot Boxer qui propose un volume utile de 8 à 17 m3 ainsi qu’une charge utile de 950 à 1995 kg. Il est disponible en quatre longueurs de 4,96 m, 5,41 m, 5,99 m et 6,36 m et en une largeur de 2,05 m. En neuf, il se négocie à partir de 31 680 euros.

Les commerçants ambulants qui ne disposent pas d’un tel budget peuvent se tourner vers le Ford Transit qui est disponible à partir de 26 000 euros. À ce prix, il ne faudra pas s’attendre aux mêmes prestations utiles que le Peugeot Boxer. L’utilitaire américain n’offre que 9,50 m3 à 15 m3 de volume et une charge utile de 1120 à 1530 kg. Il est vendu en trois longueurs de 5,53 m, 5,98 m et 6,70 m et déploie une largeur de 2,06 m.

Les professionnels qui cherchent un modèle plus haut de gamme miseront sur le Mercedes Sprinter, qui représente une référence sur le marché. Il propose deux hauteurs, trois longueurs avec un PTAC de 3,5 tonnes et une charge utile de 800 à 1545 kg. Le volume pour sa part oscille entre 7 à 17 m3. Les prix débutent à partir de 28 000 euros.

Financer l’achat d’un utilitaire pour vente ambulante en LOA

Lancer un commerce ambulant représente un défi financier. En plus de devoir acheter le véhicule, l’artisan doit procéder aux différents aménagements qui constituent un investissement important. Pour envisager le projet avec plus de sérénité, il a la possibilité de financer son camion magasin en Location avec Option d’Achat qui lui évite le paiement au comptant ou l’emprunt bancaire.

À travers cette formule, il passe un accord avec un organisme loueur qui accepte d’acheter le véhicule à sa place. Un contrat de location est ensuite établi entre les deux protagonistes et précise la durée du bail, le coût des loyers mensuels, le kilométrage annuel à respecter ou encore la valeur résiduelle. À la fin de la LOA, le commerçant ambulant peut racheter son utilitaire s’il le désire. D’autres options comme la restitution du bien ou la relocation lui sont offertes.

Souscrire à une LLD : pourquoi est-ce intéressant ?

La Location Longue Durée (LLD) de véhicule utilitaire est également une pratique très courante. À l’inverse de la LOA, cette offre est exemptée d’une option d’achat rendant impossible la propriété individuelle du camion.

Un des avantages de la LLD porte sur le montant des mensualités qui est moins élevé qu’en LOA, étant donné l’absence de valeur résiduelle destinée au rachat. Le souscripteur profite d’un éventail de services liés à l’entretien, la maintenance ou les extensions de garantie. Tous les frais découlant de ces prestations sont inclus dans la location et ne font pas l’objet d’une facture supplémentaire. De cette façon, le locataire connaît à l’avance le montant exact à débourser pour l’usage de son véhicule utilitaire.