Station de recharge pour voiture électrique : 4 points essentiels à connaitre

Le réseau des stations publiques de recharge pour véhicule électrique tend à se développer, bien qu’il ne soit pas encore aujourd’hui à la hauteur des attentes des électromobilistes. 4 points essentiels sont à connaître pour les utiliser : l’état du réseau public, la localisation des stations de recharge, le type de bornes publiques, et les conditions d’accès à ces stations. Les voici détaillés.

1 – L’état du réseau public de recharge de véhicules électriques

Les objectifs fixés par le gouvernement concernant le calendrier de déploiement du réseau de stations de recharge pour véhicules électriques sont bien loin d’être satisfaits, et ce pour plusieurs raisons.

  • Un retard conséquent du fait d’éléments conjoncturels : Comment ne pas citer une période jusqu’alors jamais connue d’arrêt complet de production et de commercialisation à l’échelle mondiale. C’est ce qu’a provoqué la pandémie du Covid sur les années 2020 et 2021. Aujourd’hui encore, l’actualité internationale pèse sur tous les secteurs d’activité qui sont impactés par des ruptures d’approvisionnement, par des éléments manquants d’une chaîne de production, qui font alors prendre des retards considérables au déploiement des stations publiques de recharge;
  • Une explosion des ventes de véhicules électriques : Les consciences sont chaque jour plus éveillées au besoin fondamental de préserver notre environnement, pour lutter contre les effets prégnants du réchauffement climatique. Les automobilistes sont nombreux à devenir écomobilistes par diverses alternatives, pour lutter contre le recours aux énergies fossiles, et celle de l’électromobilité n’est pas en reste. La vente de véhicules électriques est en pleine expansion. En moyenne, entre 30 et 35 000 nouveaux véhicules électriques sont immatriculés chaque mois en France en 2022. A titre comparatif, c’est une augmentation de près de 400 % par rapport aux ventes réalisées en 2019. C’est dire tout l’engouement qui se joue autour de l’électromobilité. On peut comprendre que les stations publiques de recharge rencontrent quelques difficultés à suivre cet essor fulgurant;
  • Une maintenance encore trop peu efficiente : Les bornes de recharge publiques sont, pour certaines, ultra sollicitées. Elles proposent la recharge ultra-rapide, ce qui génère un flux d’électricité important. Les dysfonctionnements subis peinent encore à être rapidement réparés, ce qui génère quelques désappointements pour les utilisateurs du réseau public. Les dysfonctionnements peuvent être d’ordre technologique, avec une mise en réseau défaillante, des impossibilités de paiement, etc.

2 – La localisation des stations de recharge

Les stations publiques de recharge peuvent être localisées un peu partout sur le territoire : sur les parkings de centres commerciaux, aux stations-service, sur les sites publics en tout genre, sur les aires d’autoroute, auprès des concessionnaires automobiles, etc. En tant qu’acquéreur d’un véhicule électrique, et potentiel utilisateur d’une station de recharge du réseau public, même en cas de détention d’une borne de recharge à domicile, il est bon de savoir comment localiser ces stations sur le réseau. Pour ce faire, trois méthodes :

  • Les applications mobiles : On parle généralement de l’application Chargemap, qui est relativement intuitive, totalement gratuite, et surtout dite collaborative. Ce sont les utilisateurs qui contribuent à l’alimentation des données. D’autres applications de ce type existent, comme également PlugShare. Elles identifient les points de charge à proximité de la position géolocalisée, et peuvent apporter un niveau de détail des plus minutieux : code couleur pour indiquer la disponibilité, avis clients sur l’utilisation de la station de recharge, horaires d’utilisation de chaque point de charge, mode d’accès, type de paiement, etc. Elles peuvent également indiquer les points de charge sur un trajet défini, pour assurer de longues distances sans crainte pour sa batterie, et ce en France comme à l’international;
  • Les sites internet : Si l’application mobile offre une praticité difficilement égalable, les sites internet de ces applications offrent le même service, mais aussi le site du gouvernement. En effet, sur data.gouv.fr, comme également sur certains sites de collectivités, des cartes de bornes de recharge publiques sont disponibles, et permettent de tracer un itinéraire. Les sites des constructeurs ou concessionnaires délivrent également des cartes de leurs bornes de recharge en concession, accessibles aux véhicules électriques de la marque. C’est notamment le cas de Renault;
  • Le GPS intégré au véhicule électrique : Les constructeurs intègrent au GPS la géolocalisation des bornes de recharge publiques, dont le réseau peut être actualisé.

Précisons toutefois que localiser une station de recharge est une chose, s’assurer de sa compatibilité avec son véhicule en est une autre.

3 – Les types de stations de recharge

Il existe quatre types de stations de recharge. Leur point commun : ils sont tous destinés à la recharge de masse, autrement dit à satisfaire la charge de plusieurs véhicules, et ce le plus rapidement possible. L’idée est donc à l’opposé d’une borne à domicile. Les utilisateurs ne sont ici que de passage, et doivent pouvoir rapidement recharger, comme ils auraient pu faire un plein de carburant pour un véhicule thermique. Les voici présentés :

  • Les bornes de recharge rapide : Ces bornes de recharge sont généralement situées sur les parkings de centres commerciaux ou de grandes enseignes pour globaliser, ainsi que sur les aires d’autoroute. Elles peuvent permettre des charges allant de 50 à 350 kW. A titre informatif, la borne de 50 kW rechargera 100 km en ¼ d’heure, ce qui est déjà plutôt satisfaisant. La borne de 350 kW en rechargera près de 500 sur le même temps. L’idée est donc de permettre des charges efficaces sur un temps très court. Généralement, celles des enseignes n’auront qu’une visée attractive de clientèle, donc avoisineront les 50 kW, alors que celles des aires d’autoroute devront permettre les longs trajets, donc seront bien plus performantes;
  • Les Superchargeurs : Généralement proches des zones commerciales, les Superchargeurs étaient jusqu’alors uniquement dédiés aux véhicules Tesla. La marque a misé sur une forme d’exclusivité, en développant un réseau qui lui est propre. Leur puissance de charge se situera généralement entre 120 et 250 kW. Pour concrétiser cette donnée, une batterie totalement déchargée retrouvera sa charge à 80 % en 20 à 40 minutes, le temps donc de quelques courses. Désormais, les Superchargeurs doivent pouvoir s’adapter aux autres véhicules électriques, dans l’intérêt évident de la marque qui, après s’être positionnée comme leader du véhicule électrique de luxe, souhaite se positionner comme leader mondial de la technologie électromobile;
  • Le réseau Ionity : Ces stations de charge sont généralement localisées aux abords des stations service. Encore faiblard avec ses quelques 40 stations en France, ce réseau tend à se développer en proposant des stations équipées de connecteurs CHAdeMO et Combo, pour une puissance maximale de 350 kW. La prise Combo est une extension de la prise de type 2, mais dédiée uniquement à la recharge rapide en courant continu. La prise CHAdeMO, abréviation de « CHArge de Move », traduit « déplacement par charge », est dédiée à la charge rapide des véhicules électriques asiatiques (Nissan, Mitsubishi, et Toyota).
  • Le réseau Corri-Door : Alimenté par de l’énergie renouvelable, les bornes du réseau Corri-Door sont réparties sur les aires d’autoroute nationales. En 2015, il a été le premier réseau de bornes rapides déployées sur les grands axes autoroutiers.

4 – L’accès aux stations de recharge

Une fois localisées et identifiées, les stations de recharge doivent encore être accessibles au véhicule électrique. Certaines nécessitent un abonnement, un pass ou badge d’accès, quand d’autres sont accessibles par carte interopérable, ou totalement gratuites et en libre accès. Il faut également s’assurer de la compatibilité de son véhicule. Voici comment accéder aux services de recharge publique pour son véhicule électrique :

  • Une carte ou badge : Le badge RFID (Radio Frequency Identification) ou la carte interopérable sont les moyens les plus efficaces de recharger son véhicule sur le réseau public. Ils sont reconnaissables par la majorité des stations. Le badge RFID est constitué d’une puce et d’une antenne, pour utiliser la radio-identification. Ils peuvent être utilisés comme porte-monnaie électronique, comme badge d’accès parking ou photocopieur, etc. La technologie intégrée permet un paramétrage presque illimité. Un abonnement sera nécessaire pour profiter de la recharge, et se voir facturer par la suite, directement par l’opérateur. Il se peut également que le concessionnaire remette une carte spécifique, créditée en euros ou en kilowatts à consommer, utilisables sur les bornes gérées par un opérateur en particulier, partenaire du concessionnaire. Moins pratique, elle sera idéale pour les utilisateurs équipés également d’une borne à domicile;
  • La compatibilité du véhicule : Les applications indiquent généralement le type de câble de chaque station de charge. La majorité des câbles de ces bornes seront de type 2, ou Combo, donc compatibles avec la plupart des véhicules électriques. Il sera bon toutefois de s’en assurer, au risque de devoir chercher une nouvelle station compatible. Outre la compatibilité du chargeur, la batterie devra également être en mesure de supporter une charge ultra rapide. Le concessionnaire renseignera de ce type d’informations lors de l’acquisition. Une incompatibilité non prise en compte risquera de venir détériorer la batterie du véhicule. Certaines stations, à la technologie avancée, détectent la capacité de la batterie, et adaptent le flux d’électricité transmis. Ce sont les fameuses bornes intelligentes.

L’accès aux stations publiques de recharge n’est que rarement gratuit. Il le sera parfois sur les parkings de centres commerciaux, qui se rémunèrent et amortissent leur investissement par l’incitation à la consommation sur le temps de charge. En moyenne, une recharge sur un Superchargeur Tesla coûtera 0.37 €/kWh, et 0.45 €/kWh sur une borne du réseau Corri-Door, auquel 1€ s’ajoutera par charge pour l’accès au service. D’autres bornes facturent l’utilisation à la minute. Aussi, une borne du réseau Ionity avoisinera les 0.79 €/min de charge, avec 0.30 €/min pour l’abonnement, et une borne du réseau Total avoisinera les 0.40 à 0.65 €/min de charge.

Vigilance donc à bien étudier les conditions tarifaires avant de brancher son véhicule, notamment si la facturation est au kW consommé, ou bien au temps de charge. Les bornes ultra-rapides étant dédiées à la recharge en masse, il sera courant que la facturation à la minute soit préférée à celle au kWh. Attention donc à ne recharger que de besoin, et de préférer ne pas aller au-delà des 80 % de la batterie, les 20 derniers pourcents étant bien plus longs à recharger.